Mandat

Ce qui flotte dans L’eau du bain

Dans L’eau du bain, il y a les sons de Thomas et les mots d’Anne-Marie, il y a aussi nos corps, la sueur et la saleté du monde. Dans un esprit performatif, nous faisons dialoguer sons, texte et corps dans des espaces bruts que Catherine dévoile plus qu’elle ne décore. En laissant pénétrer l’écho du monde extérieur, nous nous plaisons à montrer la porosité de la limite entre l’individu et le monde, la circulation entre l’intime et l’universel.

L’eau du bain s’intéresse au franchissement des frontières, celles qui séparent les médiums artistiques, celles qui éloignent le public de l’œuvre et celles qui isolent les individus. Il utilise un langage artistique métissé qui combine théâtre, performance et installation sonore.

En pratiquant un théâtre qui interroge son identité et chevauche d’autres disciplines, L’eau du bain veut exploiter au maximum l’aspect vivant de cet art, son immédiateté. Des outils novateurs sont conçus pour permettre aux artistes en scène de construire concrètement le spectacle sous l’œil du public et avec lui. À chaque création, des nouvelles règles de jeu sont statuées et des nouvelles machines sont inventées, pour rendre possible cette interaction entre l’espace, l’environnement sonore, les artistes, le texte, le public et des éléments du réel.

Et le bébé?

La figure de l’enfant mort, le spectre qui surgit au milieu de l’oeuvre, représente pour nous une mise à l’abri de l’aboutissement, de l’incarnation, de la réduction qu’une mise au monde aurait provoqué. Pour L’eau du bain, cette préservation des possibles se retrouve dans les thèmes comme dans la forme. Voilà pourquoi nous privilégions les bégaiements, les tâtonnements, les vomissements, les contradictions, et les hésitations, pour ouvrir l’espace entre les mots et permettre à la vie muette et à l’indicible d’émerger. En quête de formes éclatées qui privilégient la discontinuité, le désordre et les trous dans le récit, le sens n’est pas inoculé de force et doit émerger de par lui-même. En dispersant du sens, L’eau du bain cherche à créer des œuvres qui manifestent plus qu’elles ne signifient et laissent le spectateur plus libre dans sa réception.