Extraits Vidéo

Le son de l’ère est froid

L’eau du bain à La fabrique culturelle pour Le son de l’ère est froid

La Fabrique Culturelle

 

Impatience

Projet en cours de création

Impatience est une création théâtrale et performative réunissant trois adolescents et deux adultes autour d’un dispositif médiatique sonore. L’adolescence, cette période où l’on se cherche, où l’on expérimente devient le support de notre quête d’une forme scénique instable et d’un univers sonore ultrasensible.

Créée en résidence à l’Usine C, avec le soutien du Conseil des arts de Montréal et du Conseil des arts du Canada.

 

Nous ne serons pas vieux, mais déjà gras de vivre

2012-2013

Nous ne serons pas vieux, mais déjà gras de vivre est une performance théâtrale dans lequel mots et sons agissent comme un vieux couple qui tente en vain encore une fois de renouer la communication. La limite entre réalité et fiction est trouble, celle entre théâtre et performance aussi.

Créée dans un local commercial désaffecté et en résidence à l’Usine C, présenté au OFFTA 2013, avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec.

 

Margaret se sent prise au piège

2011

Margaret se sent prise au piège est une performance sur l’insomnie présentée dans le cadre de la « 11 », événement multidisciplinaire à Mains d’œuvres, en banlieue parisienne.

Créée en résidence à Mains d’œuvres.

 

La Peur et le Pain, extraits

2011

La peur et le pain est une pièce-paysage où la découverte d’un univers prédomine sur la succession d’actions. Les acteurs se tiennent à la limite de la fiction, sur la lisière entre les personnages et eux-mêmes. Ils manipulent l’environnement sonore en entrant en contact avec une étrange machine d’interactions temps-réel grâce à des micros, des capteurs et des caméras infrarouges dispersés sur le plateau.

Créée dans le cadre d’une résidence d’un an à Mains d’œuvres, avec le soutien du Centre national du cinéma (Dispositif pour la création artistique multimédia), du Conseil des arts du Canada, de la Mairie de Paris et de l’Office franco-québécois pour la jeunesse.

 

SSpérances, extraits

2009-2010

Dans un paysage sonore dévasté, les amours-frères-étrangers s’éveillent et tentent de prendre la parole, de se tenir la main et de sortir de là. Il fera soleil peut-être demain, dit-il, mais elle n’y croit plus. La fable, comme le reste, se décompose.

Créée dans une usine désaffectée, en résidence à la Maison de la Culture Notre-Dame-de-Grâce et à Mains d’œuvres, présentée au OFFTA 2010, au Souffle de l’équinoxe, à Confluences et au Théâtre d’Arras.